RSS
Vue Mobile
| Abonnement | Journal virtuel
CLD Napierville Autosuffisance bandeau

Le MAPAQ à l’étude des crédits ! Une première pour le ministre Lamontagne

France Gagnon ,

Aussi sûrement que reviennent le sirop d’érable et les hirondelles, le printemps ramène l’étude des crédits budgétaires à l’Assemblée nationale du Québec. Chaque commission parlementaire étudie les crédits des ministères et organismes relevant de son champ de compétences.

Ainsi, le 17 avril dernier, c’était au tour des représentants du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation de se présenter devant la Commission de l’agriculture, des pêcheries, de l’énergie et des ressources naturelles pour répondre aux questions des partis d’opposition.

À cette occasion, le ministre, M. André Lamontagne était accompagné du sous-ministre, des sous-ministres adjoints ainsi que des présidents de la Régie des marchés agricoles, de la Commission de protection du territoire agricole et de la Financière agricole.

C’est la députée de Marguerite-Bourgeois, Marie Montpetit qui a ouvert le bal avec, comme on pouvait s’y attendre, des questions portant sur l’affaire Louis Robert. Le ministre a alors rappelé que la Protectrice du citoyen menait enquête et que les questions de la députée trouveraient leurs réponses lorsqu’on en connaîtrait les conclusions. Ça n’a pas empêché cette dernière de revenir à la charge, à quatre reprises au moins, pour toujours recevoir la même réponse. Quand même étonnant de voir la députée choisir de consacrer de précieuses minutes de son temps de parole pour une cause sub judice compte tenu des recours juridiques intentés par l’agronome Louis Robert.

Ensuite, c’est la députée de Rouyn-Noranda-Témiscamingue et critique solidaire en matière d'agriculture, Émilise Lessard-Therrien qui a pris la parole. Rappelons que Québec Solidaire avait publié un communiqué, le 11 avril dernier, soit une semaine avant l’étude des crédits, dans lequel on reprochait au MAPAQ de ne pas avoir donné suite aux nombreuses solutions de rechange aux pesticides, proposées dans un rapport de l’IRDA remis au ministère en 2016. La réponse du ministre a été on ne peut plus claire : neuf des 10 propositions ont été réalisées ou sont en voie de l’être et une autre devrait l’être sous peu. Toujours étonnant de constater qu’une députée soit si peu informée d’un dossier sous sa responsabilité. Ce n’est pas la première fois d’ailleurs. Rappelons que c’est Mme Lessard-Therrien qui nous avait mis en garde contre les « prédateurs chinois », ne sachant visiblement pas que l’achat d'une terre agricole à des fins d'investissement par un non-résident est fort bien encadré par la Loi sur l'acquisition des terres agricoles par les non-résidents.

En réponse à une question portant sur la nécessité de favoriser l’achat des produits agroalimentaires québécois, le ministre a annoncé qu’un répertoire est en cours de préparation et devrait être disponible cet automne. Facile d’accès, il permettra aux vendeurs d`y inscrire leurs produits et aux acheteurs d’avoir accès à une liste des plus complètes des produits agroalimentaires québécois. En ce qui a trait au budget pour la promotion, il a été augmenté à 2 M$ comparativement à 700 000 $ en 2017-2018 et il atteindra 2,3M$ cette année. Il s'agissait du premier exercice d'étude des crédits pour le ministre Lamontagne et, malgré une vilaine grippe, je tiens à souligner sa très bonne performance.

Calme, bien préparé, on le sentait en maîtrise de ses dossiers. Rappelons qu’il est à la tête du ministère que depuis six mois. Pour en avoir connu plusieurs avant lui, je trouve son travail remarquable. On le dit studieux et très intéressé par le secteur agroalimentaire qu’il aime beaucoup. C’est une excellente nouvelle pour le monde agroalimentaire québécois.